Histoire   Géographie   Hauts lieux   Personnages   Galeries Photo   Infos   Plan du site 

Histoire abrégée de l'Albigeois

Carte ancienne : Pays d'Albi et partie du Diocèse de Castres
Carte ancienne : De Cordes à Lautrec et Sémalens
Carte ancienne : Vallée du Tarn, Alban, Vallée du Girou
Carte ancienne : Saint-Salvy de Carcavès, Lacaune et Saint-Pons

Attention, méfiez vous, tout ce qui est écrit sur internet n'est pas forcément vrai, pas plus que les bouquins qui sont écrits, mais eux au moins, ils ont subi la sensure de l'éditeur... Cependant, comme les éditeurs m'incommodent, j'écris ici ! A vous de vous faire une idée...

Je vais essayer de raconter l'histoire à ma manière, avec, bien entendu, la volonté de me situer au plus près de la réalité. Je ne suis ni un historien, ni un chercheur, ni un enseignant, tout juste un passionné. Si vous constatez des inexactitudes, soyez aimables de m'en faire part. Sachez juste que je n'écris rien que je n'ai vérifié plusieurs fois...

 

1 - DÉLIMITATION DE L'ALBIGEOIS

 

Les limites de l'albigeois ont été modifiées en fonction de l'histoire, et parfois dans la période la plus récente, tout simplement en fonction de l'idée que l'on s'en fait. Quand les Ruthènes (dont Rodez était la capitale) sont arrivés, voilà bien longtemps, leur territoire s'étendait jusqu'à la Montagne noire. Plus tard, lorsqu'ils étaient en concurrence avec les Tolosates (les premiers Toulousains !), Lavaur (petite ville située à l'ouest), ne leur appartenait plus, et la Montagne Noire s'éloignait de leur domaine.

Lorsque le Département du Tarn a été créé en 1789, son premier nom était l'Albigeois. En fait, ce département a été formé à partir de la région que l'on appelait alors l'Albigeois, elle même faisant partie de l'ancienne province du Languedoc.

En remontant le temps plus loin encore, l'Albigeois faisait partie du fief des vicomtes de Trencavel, vassaux des comtes de Toulouse (mais le dire de cette manière est une simplification. En période de féodalité, puis de croisade albigeoise, les choses étaient un peu plus compliquées et les limites peu stables). Néanmoins, les limites du diocèse d'Albi me paraissent constituer la meilleure mesure, en tout cas, la plus permanente depuis Charlemagne jusqu'à 1789. Le diocèse de Castres étant un démembrement du diocèse d'Albi, et Lavaur faisant originellement partie du diocèse de Toulouse, une carte pourrait être établie, mais est il nécessaire de vouloir être trop précis ?

Pour une explication au moyen de cartes, c'est par là !

 

Haut de Page
Menu

2 - UN PEU D'HISTOIRE

 

Quels sont les élèments fondamentaux ? L'évolution du Droit ? Les institutions politiques ? Le progrès technique ? Le progrès social ? Les contraintes extérieures (climat, épidémies). Finalement, on ne sait pas trop, mais ce que l'on peut affirmer sans trop se tromper, c'est que tout est interaction.

Cependant, la chronologie reste importante, et l'oublier peut souvent entraîner des confusions, car après tout, l'histoire, c'est aussi le fil du temps, les progrès s'inscrivent dans le temps comme les déclins, les expansions comme les recessions, et la lucidité comme l'obscurantisme.

 

21 - Étymologie d'Albi

Comme pour beaucoup de choses, on a cru savoir, puis on s'est aperçu que les premières conclusions n'étaient pas forcément vraies. L'origine du nom Albi ne fait pas l'unanimité, alors, je vous livre quelques tentatives d'explications : La ville d'Albi se serait d'abord appelée Albiga.

Albiga, pourrait bien venir de alba (colline de pâturage).
Le terme celtique alp (hauteur) a également été évoqué, mais l'albigeois n'est pas une région montagneuse.
Aujourdhui, les spécialistes de la toponymie privilégient l'origine d'Albi par le nom d'homme Albius.
Albius serait donc le fondateur, ou tout au moins le possesseur du domaine.
Enfin, le professeur Jean-Louis Biget emet l'hypothèse d'une origine celtique : ar-big (qui signifie extrémité : figurée par le confluent du Tarn et du ruisseau Bondidou)
En définitive, sur les origines du nom, il paraît préférable de parler au conditionnel.

Néanmoins, Albiga serait donc le premier nom connu de la ville, et ses habitants les Albigenses, mais aucune de ces hypothèses ne semble vraiment attestée. Albi se serait ensuite appelée successivement Albia, puis Civitas Abiensum (vers 400), avant l'entrée dans le Moyen-âge. Seule, cette dernière dénomination est attestée.

 

Haut de Page
Menu

22 - Les temps les plus reculés

Le site d'Albi était propice à une implantation humaine précoce, relativement facile à défendre et proche de la plus rapide des voies de communication : une rivière navigable vers l'aval. Les premiers albigeois ont du s'installer là, sur cette hauteur située rive gauche du Tarn, encadrée à l'ouest et au sud par l'ancien ruisseau du Bondidou, et vers l'Est, une zone plane ou des traces d'occupation des sols dès l'époque celtique ont été attestés.

L'urbanisation a fait disparaître depuis longtemps le ruisseau du Bondidou, mais un observateur averti et un peu rêveur peut encore l'imaginer aujourd'hui.

Néanmoins, la carte de Cassini (1776) mentionne le Bondidou (colorié en bleu) et permet un autre regard sur les lieux.

 

 

Haut de Page
Menu

23 - L'ÉPOQUE ROMAINE ET LA NARBONAISE (albiga)

 

24 - LE TEMPS DES WISIGOTHS ET DE l'AQUITAINE

 

25 - LE MOYEN-ÂGE

 

251 - Les débuts de la féodalité

 

252 - L'an mil

 

253 - L'époque des Trencavel

 

254 - Le temps de la croisade des albigeois

 

255 - Le temps de l'inquisition

 

256 - Le temps des bastides

"villa", "castrum", "sauveterre", "salvetat", "castelnau", "villeneuve"

 

Haut de Page
Menu

257 - Le temps des grands malheurs

 

La Disette

 

La Peste

Nous sommes en 1347, un jour, un navire arrive d'orient avec à son bord, la peste noire. Avant de cesser de vivre, le corps devient tout noir. Les cadavres sont déposés devant les maisons. Le corps social s'effondre, chacun se méfie de l'autre. Des bandes de misérables essaient de tirer partie de la situation, juste pour vivre un peu... les routiers pullulent et voient leurs troupes augmenter par des moines ou des curés ! La population de la région diminue de moitié

 

La guerre de cent ans

La guerre de Cent ans a toujours passionné les écoliers de France, en tout cas, lorsque j'étais écolier... J'espère que c'est encore vrai. Je me souviens de l'un de mes instituteurs qui nous disait en rigolant : ils partaient sans poil au menton, et revenaient avec une longue barbe ! Bien sur, il nous faisait rire... nous étions déjà capables de comprende deux ou trois choses...

J'espère bien que c'est définitivement terminé tout ça, mais qu'est-ce qu'on leur en a voulu, aux anglais !

 

Haut de Page
Menu

26 - L'ÉPOQUE DU PASTEL

Le pastel est une plante capable de résister au froid comme à la chaleur et la sècheresse. Dans sa première année, elle ressemble à une salade. A partir de la seconde année, elle donne de très nombreuses petites fleurs jaunes qui poussent en grappes sur 2 à 5 tiges robustes dépassant 1 m de hauteur. Les feuilles de cette plante ont des propriétés tinctoriales et étaient utilisées pour la teinture et la peinture : Un bleu très résistant.

C'est vers la fin du XIVème siècle que va commencer l'époque florissante du pastel aux environs d'Albi. Ensuite, progressivement, Toulouse prendra la direction de la production et de la commercialisation. Le "triangle du bleu", situé entre Albi, Carcassonne et Toulouse, dominera la production et fournira l'ensemble de l'Europe. Ce sera le siècle d'or du pastel, de 1450 à 1561.

Pour faciliter la conservation, le transport et la commercialisation, les feuilles étaient et broyées, transformées en pate et constituées en boules de pastel : Les "coques" ou "coquagnes". C'est l'une des raisons pour lesquelles on à appellé ce pays, le Pays de cocagne !

Avec le début des guerres de religion, très vives dans la région comme partout ailleurs en France, cette belle organisation économique va s'effriter, mais c'est surtout à cause de l'arrivée de l'indigo, autre plante tinctoriale et concurrent redoutable, que le pastel sera de moins en moins utilisé.

C'est en 1561 que se produit la première crise grave du pastel... ensuite, on essaiera sans trop y parvenir de protéger la production. Le déclin ne sera définitivement admis qu'en 1737, par la libéralisation de l'importation de l'indigo.

 

27 - LES GUERRES DE RELIGION (1562-1598)

 

A suivre...

 

Haut de Page
Menu

 

La cathédrale Sainte Cécile a été inscrite au patrimoine mondial de l'humanité le 31 juillet 2010

Autres sites du même auteur : Le Canal du Midi, Louisa Paulin, poétesse occitane

et le Blog du Canal du Midi